Une simple transition

Publié le par Mangelune

les-errants-d-ukiyo-copie-1.jpg

 

Cela va faire un sacré bout de temps que je n'ai pas écrit sur ce blog. Je sais, c'est là le triste sort réservé à la plupart de ces épanchements sur internet que de finir oubliés sur le bord de la route, lus par quelques voyageurs de passage. Ce modeste espace d'expression m'aura pourtant apporté son lot de bons moments, à commencer par l'invitation de l'école d'art EMMA Fructidor à venir parler, devant une classe d'étudiants, du sujet oh combien vaste de la fiction interactive. Un moment à la fois stressant mais aussi incroyablement enrichissant.

 

Soyons honnêtes : le milieu du scénario est bien trop fermé, et je ne peux pas dire que ce que j'ai pu voir ces dernières années dans nos programmes hexagonaux m'ait convaincu ; je préfèrerais mille fois céder devant la qualité que je ne cesse de constater dans les séries étrangères (je ne vais pas parler des scénarios au cinéma façon Christopher Nolan, je risquerais de m'énerver) que devant la médiocrité de bien des productions françaises. Mais si j'ai abandonné, peut-être pour toujours, l'écriture de scénarios avec tous les rêves de télévision et de cinéma qu'ils portaient en germes, cela ne veut pas dire que j'ai cessé de penser ou de créer. 

 

Hors de question donc de laisser ce blog dépérir. Cet acte libératoire va me permettre au contraire de parler de choses que j'aime, de fiction toujours mais aussi des formes plus inhabituelles qu'elle peut prendre, notamment à travers le jeu de rôle. Je vais d'ailleurs faire mon coming out rapidement : j'adore le jeu de rôle, même si c'est une activité qui m'a parfois offert de bien tristes prestations. Situé au croisement entre jeu de société, théâtre improvisé, art narratif, et bien d'autres choses, il reste en dépit de ses défauts une pratique à nulle autre pareille.

 

Il se trouve d'ailleurs que j'ai eu la chance d'en publier un baptisé Les Errants d'Ukiyo (voilà vous comprenez maintenant la raison d'être de l'image ci-dessus), qui vous propose d'incarner une bande d'anti-héros errant dans un Japon en proie à la guerre civile, dans le plus pur esprit des films d'exploitation des années 70 comme la saga des Baby Cart et autres Zatoichi - pour ne citer que les plus honorables. Sorti sous forme électronique gratuite dans un premier temps (à une époque où j'en avais plus qu'assez de rédiger des dossiers de projets de série et voulais produire quelque chose de bout en bout), le jeu a connu une seconde vie papier grâce aux éditions Icare et a fini sur les étals de quelques boutiques spécialisées. Je compte bien utiliser aussi ce blog pour fournir un peu de matériel, et peut-être pour servir de support aux projets qui finiront par lui succéder.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article