De qui se Moquet-on ?

Publié le par Mangelune

Elle était facile celle-là.

Ceci dit il y a quand même quelque chose de ridicule dans ce soudain engouement pour le petit Guy, fusillé par les nazis après dénonciation, communiste de surcroit, et qui avait écrit une digne et belle lettre à sa famille avant de mourir.

Car enfin dans quel but instaurer cette journée de lecture ? Pas mal de gens ont voulu la replacer dans son contexte, à savoir l'Occupation et ce qu'elle implique de dénonciations et de collaborations coupables, d'autres ont refusé ce qu'ils considéraient comme une manoeuvre de récupération.

Il faut dire que le président de tous les Français n'y était pas allé de main morte : il avait sorti ça comme une envie de pisser, s'était mis à écraser de grosses larmes, à vouloir l'imposer à tous... pourquoi ? Pour qu'on se souvienne des horreurs de l'Occupation, du nazisme, de la Collaboration ? Evidemment non.

Il s'agit là seulement de la campagne de remise en forme de la nation qui continue. Après le travail remis au goût du jour, après la patrie rassérénée (aimez-la ou quittez-la, mettez des drapeaux à vos fenêt- oups ce n'est pas de lui ça), voici venir la famille réconciliée (mon petit papa, ma petite maman, etc.). Toutes ces valeurs ne sont pas en soi honteuses, par contre le fait de les instaurer de nouveau comme les vaillants piliers d'une France revigorée... La révolution rétrograde poursuit sa course. Le but serait-il en fait d'éduquer différemment nos enfants, menacés par le couple gay, par la monoparentalité, par les polygames, par la loi des cités ?

Les hommes politiques suivent-ils le vents ou en croyant le voir souffler ne font-ils que le créer artificiellement ? Toujours est-il que nous nous retrouvons cernés par des archaïsmes vivifiés, tandis que tout ce qui fut acquis dans la douleur se voit qualifié de has been.

Heureusement que nous avons un président divorcé, ça nous permet de ne pas nous croire retournés au 19ème siècle. A moins que comme toujours les valeurs prônées ne soient encore une fois réservées à la base ? Aux riches les remariages somptueux, aux pauvres les familles unies et fières ?

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article