Les Bleus : merci la critique TV

Publié le par Mangelune

Hier matin je jette un oeil aux pages télé de Libé et vois un article sur Les Bleus. Tiens une série sur l'équipe de foot ? Ah non un truc de policiers (encore) mais bon ils disent qu'ils ont bien rit. Mouaif encore une de leurs blagues pédantes me dis-je. J'enchaîne sur Le Parisien qui, c'est étrange, en parle lui aussi et en bien. Mouais mouais ils ont beau dire, un homosexuel musclé qui se cache, un beur qui veut être ministre de l'intérieur et un voyou policier ça reste de gros clichés.

Néanmoins curieux, je me force le soir venu à mettre M6 pour constater l'ampleur des dégâts. Eh bien force est de reconnaître que Les Bleus : premiers pas dans la police (le titre est naze) est une bonne série qui a réussi à me faire rire. Les rôles sont clichés mais il est normal qu'une série débute sur des archétypes clairement identifiables ; de plus les acteurs jouent souvent de façon juste voire fine (notamment le gaffeur-tchatcheur qui veut devenir ministre, son rôle assez lourd étant contrebalancé par l'interprétation).

On retrouve dans Les Bleus un certain style français, celui de l'amateurisme, de la gaffe, des petits moyens utilisés pour jouer aux grands le tout assaisonné de quelques répliques qui en jettent (un genre qui va de Audiard à La Totale en gros). Mais le tout sans jamais céder aux horreurs qui guettent ce genre d'oeuvres, comme le jeunisme (on est jeunes on est fous et on est plus fort que les adultes qui sont cons), les bons sentiments, la vulgarité à outrance et l'absence totale de profondeur. On sent derrière tout ça une vision de la vie assez nuancée et c'est vraiment agréable de rigoler sans se sentir con et coupable.

Si ces deux premiers épisodes ne sont pas encore parfaits, j'ai vraiment eu le sentiment qu'en laissant du temps à l'équipe (en espérant que la production soit suffisamment bien organisée pour avoir constitué une équipe sur le long terme) les choses devraient aller en s'améliorant. Quelques bémols : la fille suicidaire et violente peine à trouver ses marques, le deuxième épisode se finit de façon baclée et surtout il existe un "épisode zéro" de 90' diffusé deux ans plus tôt, ce qui prouve combien sont lamentables les structures de production. On a l'impression d'avoir loupé quelque chose et ce dès le premier véritable épisode, dommage...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article