Une loi mineure

Publié le par Mangelune

La voilà la fameuse loi sur les mineurs, avec peines plancher et tout, présentée comme un durcissement de la punition des délinquants multi-récidivistes. Pourquoi ? Pour dissuader les autres ; parce qu'une victime se moque de l'âge de son agresseur ; parce que l'angélisme de gauche (ou de droite vieillote) c'est fini ; parce que les mineurs sont désormais aussi odieux que les majeurs ; pire même, les majeurs utilisent souvent les mineurs pour commettre leurs crimes odieux en toute impunité !

Si on examine et on écoute ça et là les critiques, on trouve un autre visage :
- La suppression de l'excuse de minorité ne concerne que les crimes graves (meurtre, viol etc.). Pas sûr que les banales agressions, souvent verbales, qui ont motivé l'élection de notre nouveau champion soient donc touchées. En plus, on ne connaît pas le nombre de criminels visés ce qui fait potentiellement de cette partie quelque chose qui ne concerne pas grand monde. Le plus drôle étant que la possibilité de suppression de l'excuse de minorité pour crime grave existe déjà dans la loi.
- La loi des peines plancher n'a pas un caractère obligatoire, elle oblige seulement le juge à expliquer sa décision par écrit (là où il devait auparavant expliquer l'incarcération). C'est donc aux juges de décider quoi faire... comme avant.

En gros rien ne change, sauf le principe. On passe d'une justice où l'incarcération doit être le dernier recours à une justice où la non-incarcération doit être le dernier recours. Ce n'est donc pas une loi qui donne de nouveaux moyens à la justice mais qui lui envoie un nouveau message.

Attaquons maintenant la partie philosophique de la loi :
- Tout d'abord, partir du principe qu'un enfant délinquant doit être emprisonné est contraire aux droits de l'enfant.
- L'intimidation : pourquoi un meurtrier ou un violeur serait-il intimidé par une telle loi ? Les mineurs violeurs se posent-ils la question de leurs droits avant de commettre leur délit ? L'excuse de l'intimidation a toujours prouvé sa vacuité. Il faut donc chercher la raison ailleurs...
- La prévention : durcir la punition du récidiviste, c'est éviter qu'un individu commette plusieurs fois le même crime et retourne toujours à la liberté. C'est aussi faire croire qu'un juge ne prend jamais en compte les crimes précédents de l'accusé, ce qui n'est évidemment pas le cas. Il faut donc chercher la raison ailleurs...
- La punition ! Mais oui voilà la raison, on la trouve même dans la bouche de notre président : une victime se soucie-t-elle de l'âge de son agresseur ? C'est dit, la justice n'a pas vocation a préserver la paix et assurer sa pérénité, elle a vocation à punir pour alléger le coeur de la victime, et par là même, de l'opinion publique. Car l'opinion a soif de sang. Envoyer un criminel en prison c'est souvent l'installer dans un cycle de criminalité sans fin. Pourquoi l'y envoyer alors, plutôt que de créer des écoles spécialisées ? Pour que l'opinion publique sache que les criminels sont punis et qu'ils souffrent entre quatre murs. Mais de façon humaine. Mais pas trop non plus. Enfin bon on jongle avec l'opinion quoi. Reprendre l'éducation d'un enfant, c'est affirmer son propre statu de victime. Et pour N. Sarkozy, un bourreau n'est en aucun cas une victime, il n'existe aucune perméabilité. Je vais d'ailleurs, en passant, éviter une remarque acerbe sur les gènes des bourreaux qui les prédestinent peut-être au crime impliquant qu'un assassin ne sera jamais réhabilité, ça laisserait une solution trop amère...


Bref voilà une loi qui n'a qu'un but : changer le message adressé à la justice. On ne part plus du principe qu'un enfant délinquant peut être remis sur le droit chemin, ou bien on se dit que si il peut l'être il doit l'être très vite parce que la justice n'a pas que ça à faire et que l'angélisme ça va bien deux minutes.
Fin de la justice réparatrice, qui punit mais en même temps essaie aussi de re-conformer le criminel. Comme la société semble désormais incapable de récupérer ses enfants turbulents (que ce soit vrai ou pas, les gens le croient désormais), on essaie maintenant de les enfermer le plus longtemps possible. Donc de les faire disparaître. Donc de les tuer, symboliquement. Pour le moment...

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mangelune 22/08/2007 12:19

En même temps on n'a pas supprimé la peine de mort pour des raisons d'innefficacité mais d'inhumanité.

Parler de la suppression de la vie en termes de statistiques et d'efficacité, c'est assez cynique comme approche non ?

Laurent 21/08/2007 15:04

Désolé de rappeler les choses qui fâchent, mais des études statistiques récentes ont prouvé aux USA que la peine de mort avait de fait un impact majeur sur la baisse de la criminalité.
Des variations importantes existent cependant fonction des états.

Mangelune 19/07/2007 08:03

Merci Wyatt. Ce qui m'énerve actuellement c'est de voir les infos télévisées donner les informations parfois semi-complètes, parfois totalement incomplètes. L'excuse de minorité change d'encadrement d'un journal à l'autre.

Difficile de croire en la sacro sainte information neutre française décidément...

Wyatt 06/07/2007 10:14

Un bon billet sur cette loi, bien argumenté et agréable à lire.