Présidentielles : un bilan ?

Publié le par Mangelune

Ce n'est pas original je sais, parler des présidentielles, mais taire ce que je pense serait sans doute bien hypocrite au regard de l'intérêt que j'aurai porté à ces élections.

L'affrontement de deux visions de la société

Oui. Entre une vision claire et simpliste et une vision embrouillée et tordue. Etrangement les Français ont choisi la vision pré-digérée : travailler plus pour gagner plus, de la prison pour les voyous, des chômeurs mis au pas, des étrangers qui dégagent, moins d'impôts pour les gens et pour les entreprises qui ainsi ne délocaliseront plus.
Royal n'a jamais été assez claire, assez simple (Jospin déjà pêchait par complexite aigüe), elle a laissé trop d'inquiétudes sans réponse claire et simple (Europe, délocalisations, Dette, etc.).
Bayrou qui n'aurait pu arriver au second tour a mené une campagne exemplaire et a utilisé avec talent cette simplicité : chaque problème appelait une réponse basique, économique.

Ma conclusion ? Les gens veulent désormais des mots simples et des bouc émissaires. La faute sans doute à l'éducation par la télévision...

Une victoire de la démocratie

Plus de 80% de participation, quand on a dit ça, on semble avoir tout dit.

Ce serait pourtant oublier la faille de ce système, de ce 2ème tour où s'affrontent deux candidats, où les Français se partagent en trois camps (lui, elle, personne) et où on ne trouve qu'un seul gagnant. Ce serait ignorer la longue campagne d'attaques contre Sarkozy où furent mis en avant tous les abus du personnage, ignorer le durcissement de sa droite qui l'a rendu crédible et fort mais qui l'a aussi éloigné de façon considérable de près de la moitié du pays. Il faut penser aussi aux personnes issues de l'immigration qu'on a convaincues de voter (parce que ça change la vie), que le candidat de droite a souvent mis dos au mur, et qui voient que 53% du pays les déteste et veut leur mise au pas.

Restent les législatives

Avec un seul mois pour les préparer, l'influence du score du nouveau président et la peur de la cohabitation immobile, il y a peu de chances de voir autre chose qu'une majorité présidentielle émerger. Une fois cela obtenu, la droite aura les mains libres comme Chirac les a eu pour son deuxième mandat, du début à la fin du quinquenat.

La gauche et l'avenir

Une raclée, la chute de la candidate qui soi-disant portait l'avenir et l'audace, une extrème gauche anéantie, un candidat sortant au bilan lamentable et porteur de chaos qui se retrouve élu, une alliance contestée avec le centre... Déjà les socialistes tirent dans tous les sens : à gauche toute pour reconquérir les ouvriers, au centre pour redevenir crédibles politiquement, au milieu de tout ça pour continuer sur la lancée de Royal. On est en droit de considérer que la voie du milieu sera encore une fois choisie, et d'ailleurs beaucoup veulent croire que le score honorable de Royal constitue un vote d'adhésion et non de sanction envers la dureté de la droite, ce qui n'augure rien de bon pour l'évolution.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mangelune 07/06/2007 15:20

Des projets oui. En fait il devait y avoir un billet hier mais étrangement il a disparu... je vais devoir le réécrire :(

(Honte sur moi aussi, final fantasy XII me prend un temps fou, sans pour autant m'emplir de joie)

Denis 07/06/2007 01:09

Plus de billets depuis le 7 ? Zut moi qui commençait à prendre plaisir à lire ce blog ! J'espère que tu es sur de beaux projets...