Séries : Famille ou Mission ?

Publié le par Mangelune

Un article sur les bases de la plupart des séries modernes (et quelques anciennes aussi). Les séries se développent suivant deux fondamentaux : la famille et la mission. La famille recouvre l'ensemble des relations entre les personnages, la mission est constituée des objectifs redondants qui s'imposent aux protagonistes. Je ne parlerai pas ici des arcs scénaristiques qui sous-tendent une saison.

Dans les missions, on trouvera : enquêter sur des affaires paranormales (X-Files, Supernatural, Buffy) ; enquêter sur des affaires criminelles (NYPD Blue et toutes les séries policières) ou sauver le monde des terroristes (24h, Alias, Re-Genesis). Plus original, on pourra aussi voir les protagonistes aider les morts à rejoindre l'au-delà (Dead like me) ou organiser leurs funérailles (Six feet under). Une mission est généralement courte (une mission = un épisode) et redondante (une mission voire plusieurs par épisode) ; une longue mission sera en fait soit un arc scénaristique, soit un élément familial (voir ci-dessous).

Dans les familles, on relèvera : la bande de copains (Dawson, Buffy), la famille modèle (Sept à la maison), la famille tordue (les mafieux des Soprano) ou la famille dysfonctionnelle (Six feet under). Autre cas, la famille recomposée pour les besoins de la mission, où des personnages étrangers finissent par créer des liens (Dead like me, Alias, Urgences) ; pour la crédibilité d'un tel procédé, les protagonistes n'ont souvent aucune vie sociale en dehors de leur travail (trop de boulot, une famille aggressive, des parents morts, une héroïne revenue d'entre les morts et coupée de son ancienne famille...)

Chaque composante se voit intégrée de façon plus ou moins importante. On trouvera des séries de mission pures où les liens entre les personnages n'évolueront pas (NY police district, la plupart des road movies comme Kung Fu ou Code Quantum). A l'opposé, il existe des séries uniquement familiales où tout ce qui compte est l'évolution des liens entre les personnages (Sept à la maison, les soap-opera façon Plus belle la vie).

On trouvera néanmoins principalement des séries intégrant ces deux aspects, tout en en privilégiant un. Urgences est une série à mission (les cas médicaux) avec des intermèdes familiaux (les relations au sein de l'hôpital). Six feet under est une série familiale structurée par des missions : à chaque épisode un décès a lieu, et l'organisation des funérailles renvoie les protagonistes à leurs propres problèmes. Même les séries familiales apparemment "pures" cachent souvent des missions en leur sein : chaque épisode voit surgir un problème nouveau qu'il faut résoudre (quelqu'un se drogue, a des problèmes d'argent, etc.). Pour aller plus loin, la plupart des sitcoms sont même de fausses séries de famille et de vraies séries de mission : les personnages n'évoluent pas dans leurs relations, ils ne font qu'exprimer des liens déjà établis au travers de situations problématiques (ils prouvent combien ils s'aiment, combien ils sont égoïstes, bref ils réaffirment continuellement ce qu'ils sont). C'est aussi la spécialité des fictions unitaires françaises de 90' : on vient voir des personnages monolithiques réaffirmer leur identité dans des missions nouvelles.

Les plus brillantes créations ont évidemment intégré les deux composantes principales. Ne pas évoluer prive la série de son atout majeur. Trop évoluer au contraire risque de lui faire perdre en crédibilité. Quelque part, famille et mission ne sont que l'expression d'un lent mouvement continu et d'un perpétuel recommencement énergique. La mission revient et donne une dynamique, la famille reste et en garde les traces.

Publié dans Séries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

3LIYAH83 04/04/2007 02:56

Un article fouillé et bien écrit; j'aimerais bien avoir ton avis sur les séries françaises et savoir quelles sont tes séries préférées.
Bonne continuation.

Mangelune 06/04/2007 12:35

Merci LiyahPour les séries françaises il y a un petit article au tout début du blog dans la partie séries. A part Kaamelott j'avoue n'en avoir pas vu des masses qui m'accrochent réellement. Ceci dit je n'ai vu qu'un épisode de Préjudices qui bénéficie de bonnes critiques, et je n'ai pas vu A cran ni Police District. Ni même Engrenage qui a de moins bonnes impressions (en gros truc crado juste pour choquer, sans crédibilité).Sinon Mafiosa m'avait assez plu en dépit des a priori de beaucoup (les clichés de la Corse mafieuse et tout). L'image était belle, les acteurs tout à fait corrects, les dialogues intéressants, les personnages ambigus y compris l'héroïne, le racisme était bien présent... et le réalisateur canadien :) Ceci explique cela ? J'espère que non...