Ripostes et engueulades

Publié le par Mangelune

Et voilà, une nouvelle édition de Ripostes s'achève, toujours avec le même sentiment d'amertume, cette sensation d'avoir entendu des gens se gargariser de formules et s'engueuler pour au final un grand néant télévisuel.

Le thème de ce soir : les Français, ceux dont les parents ou les grands-parents étaient d'origine étrangère. Et une belle brochette d'invités : Marine LePen, Chevènement, Laguillier, Coppé, une femme du Figaro et un homme du collectif Devoir de mémoire.

Le bilan est simple : LePen veut la préférence nationale et réfute toute accusation de racisme, Coppé veut une immigration choisie, Chevènement est contre l'Europe, Laguillier nous parle des usines, Mme Figaro joue les journalistes et Devoir de mémoires essaie de parler égalité à des personnalité politiques rompues au dialogue qui le renvoient donc systématiquement dans les choux (impossible de prendre en faute Mme LePen visiblement, à moins de venir avec son quota de citations du paternel ; j'espère que les prochains y penseront).

Et chacun, y compris ceux qui y ont participé, de critiquer les actions des gouvernements précédents en se frappant le torse avec honneur. Car il faut du courage, ainsi qu'un sens aigu du devoir pour oser critiquer un gouvernement auquel on a participé. Et de l'abnégation pour faire fi ainsi de la raison, qui demande pourquoi aujourd'hui un tel revirement vis à vis de problèmes anciens qui donc perdurent et qui pourtant étaient déjà criant alors. Comme toujours, celui qui est mouillé dans cette inaction jure aux grands dieux qu'il a changé (en vérité c'est l'opinion publique qui a changé de cible), celui qui n'était pas là crie au scandale et propose encore et toujours ses remèdes magiques (remèdes tenant souvent de l'idéologie mono-phrasée).

Bref ça ne fait pas avancer les choses, ça gueule, on n'en tire rien et eux non plus puisqu'aucun n'écoute réellement l'autre. Je préfèrerais voir des hommes politiques face à de vrais journalistes osant disséquer leurs paradoxes et leurs petits mensonges, des professionnels un peu dépassionnés, un peu plus neutres vis à vis des partis tout en l'étant un peu moins vis à vis du devoir de vérité politique. Ca doit exister, mais ce n'est apparemment pas à la télévision qu'on le trouvera. Au lieu de quoi on a des Arlette Chabot tenant la jambe de Sarkozy et envoyant bouler des témoins, réduisant des réclamations universelles à des demandes individuelles mesquines.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article